karaté kobudo oshukai colombes page d'accueil


KOBUDO signifie littéralement « Art martial ancien » mais également « Art d'un comportement spirituel vis-à-vis du combat ».

C'est au 14ème siècle que le Roi SHO HASHI de Chuzan imposa la prohibition sur l'usage de toutes armes sur l'île d'Okinawa.

Un développement très rapide du TOTE suivit en 1609 quand le clan des Satsuma de Kyushu interdit la possession des armes à nouveau pendant l'occupation d'Okinawa par le Japon.

Le site de ce passionné vous indique des informations complémentaires.

 

Le Kobudo d'Okinawa a connu une évolution parallèle au Karaté, lorsque le seigneur de Kagoshima exigea des habitants de l'île d'abandonner leurs armes afin d'éviter les rébellions. Mais les habitants d'Okinawa ont eu l'ingéniosité d'utiliser les instruments de travail pour se défendre.

C'est ainsi que la rame du pêcheur devint redoutable, que le Tunkuwa permit de bloquer les coups de sabre et que le Fléau dans des mains expertes était très efficace.

Toutes ces techniques avec différentes armes furent testées et perfectionnées au cours de combat pour la vie.

Maintenant la pratique de ces armes n'a plus pour but de protéger sa vie ou celle de ses proches mais elle a pour objectif de perpétuer l'esprit de ces hommes hors du commun.


Le pratiquant de karate s'appelle "kobudoka".


Il porte une tenue composée d'un pantalon blanc et d'une veste noire sur laquelle il arbore l'écusson de l'école dont il suit l'enseignement (au niveau du cœur).


Il porte une ceinture de couleur indiquant son niveau de pratique. Cette tenue s'appelle kobudogi.


Les principales armes utilisées sont :

le (bâton long),

les Saï (tridents métalliques),

les Tunkuwa (ou Tonfa),

le Nunchaku (fléau à 2 branches en bois),

le Jo (bâton court),

le Sansetsukon (fléau à 3 branches en bois reliées par des anneaux ou des chaînes),

le Nunti (lance),

les Kama (faucilles),

l'Eku (rame),

le Timbe (bouclier)

et le Seiryuto (machette),

le Kue (houe de jardinier),

le Suruchin (longue corde équipée d'un lest à chaque extrémité), etc.

La progression dans l'étude des différentes armes est guidée par la difficulté et la dangerosité de leur maniement. Même si le Kobudo et le Karaté sont deux arts martiaux distincts, l'étude du Kobudo est grandement facilitée pour un Karatéka. Les positions, les exercices, les termes, les passages de grades, les couleurs de ceintures, sont très similaires, voire identiques pour certains. L'esprit et la finalité restant bien sûr les mêmes. Comme le dit Maître CHINEN avec un sourire : « ajouter au Karaté l'entraînement aux armes s'apparente au fait de manger avec les mains puis d'apprendre à utiliser des baguettes ».

Le Kobudo enseigné est celui de l'école Matayoshi (Okinawa) de MATAYOSHI Shinko et diffusé ensuite par son fils MATAYOSHI Shinpo.

Nom japonais du kobudo d'Okinawa

LE KOBUDO D'OKINAWA AU CLUB DE KOBUDO OSHUKAI COLOMBES

Armes du kobudo
Créateur du Kobudo d'Okinawa MATAYOSHI Shinko